Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Le Niger et la Burkina Faso particulièrement touchés

Inondations en Afrique de l'Ouest

inondations ©CG 22

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, et notamment le Burkina Faso et le Niger, ont été durement touché par de très fortes précipitations au début du mois de septembre 2009, et doivent faire face à de multiples situations d'urgence. Les acteurs bretons partenaires des régions touchées prépare leur mobilisation.

Carte des zones inondées et personnes touchées en Afrique de l'Ouest

Au Niger :

Dans le département de Tchirozérine, au nord du Niger, les parties basses de la ville d'Agadez ont beaucoup souffert des inondations : de très nombreuses habitations, en banco, ont été détruites, et  près d'un 1/3 de la population se retrouve sans abrit. Des infrastructures publiques (hôpitaux, écoles…) et moyens de production ont été détruits, de nombreux jardins maraîchers dévastés, près de 5000 têtes de bétail emportées. Depuis, une partie de l'eau stagne dans la ville, l'eau potable manque et la population vit très concentrée ; les risques sanitaires sont donc particulièrement élevés.

Cette situation est due à des pluies très abondantes, mais surtout concentrées sur des délais courts. Les koris de l'Aïr (cours d'eau temporaire du massif de l'Aïr) se sont mis à ruisseler, alimentant le kori de Telwa, plus grand kori de l'Aïr qui prend sa source dans les Mont Baguezane à plus d'une centaine de kilomètres de la ville d'Agadez. En période de crue, le kori Telwa coule sur des centaines de kilomètres et déverse une importante partie de ses eaux sur les immenses plaines de l'Irhazer. C'est dans cette course que des segments  de traversent la ville d'Agadez, tout comme les communes de Tchirozérine, Dabaga, Tabelot. Quand il y a une crue exceptionnelle la Telwa déborde de son lit et rentre dans les quartiers de la ville. C'est ce qui s'est produit le 1er septembre avec les pluies tombées à Agadez et sur les montagnes. La destruction d'une digue et l'urbanisme non maîtrisé ont concouru aux inondations (les constructions faites jusque dans le lit mineur de la Telwa ont rétréci le passage des eaux, accélérant leur force et leur vitesse).

La mobilisation d'urgence s'organise. Les autorités nigériennes ont fait une demande internationale d'aide le 11 septembre. Cependant, les grosses ONG rencontrent des difficultés pour l'affrètement et la distribution de l'aide. Le contexte politique complexe, liés aux tensions entre Agadez et la capitale, et à la période électorale (législatives en octobre et élections locales en décembre) ne facilite pas l'organisation de l'aide.

EN SAVOIR PLUS :

Bilan des conséquences des inondations sur les exploitations agricoles

Bilan des conséquences des inondations sur l'élevage

Les rapports OCHA (office for the coordination of humanitarian affairs) des nations unies :

Le rapport OXFAM  " Faire en sorte que l'adaptation aux changements climatiques profite aux plus pauvres"

 

Au Burkina Faso

Début septembre, des pluies diluviennes se sont abattues sur Ouagadougou, la capitale, provoquant de terribles inondations, du jamais vu dans le pays. Selon les derniers bilans partiels établis par le gouvernement, il y a au moins 5 morts, 150 000 sans-abri et plusieurs disparus (source : RFI)

L'UGBOF, Union des Burkinabés du Grand Ouest de la France se mobilise. Vous pouvez télécharger ici l'appel à la solidarité avec les sinistrés des inondations de septembre 2009 au Burkina Faso.