Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Appel à projets “Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest” de la Fondation de France et du CFSI

CFSI
Publié le 09.02.2018

Malgré une légère diminution des chiffres de la faim (842 millions de personnes dans le monde en 2013), la situation reste très préoccupante. La sous-alimentation est une atteinte aux droits de l’homme et à sa dignité. L’Afrique est le seul continent où la sous-alimentation chronique a progressé ces vingt dernières années, touchant 223 millions de personnes en 2013.

Aux causes de la faim que sont les conflits, les aléas climatiques, l’appauvrissement des sols ou la mauvaise conservation des récoltes s’ajoutent désormais d’autres atteintes aux conditions de production : perte de biodiversité, pression sur les ressources (eau, terre, etc.), changement climatique.

Dans  un  contexte  de  libéralisation  des échanges de produits agricoles et de concentration de la production dans de grandes exploitations  au  Nord  et  au  Sud,  la  part  de l’alimentation provenant des importations s’est accrue. De plus, la volatilité des prix des aliments affecte les populations urbaines et rurales. Les populations urbaines pauvres des pays du Sud ont longtemps bénéficié de prix maintenus bas grâce aux importations, sans que cela ait empêché la malnutrition.

Les « émeutes de la faim » du printemps 2008, provoquées par la hausse brutale des prix sur les marchés internationaux, aggravée par la spéculation, ont montré que la paix sociale obtenue dans les villes au détriment des paysans était fragile.

Ainsi, les agriculteurs ouest-africains et leurs organisations doivent, avec leurs partenaires de coopération, relever un triple défi : garantir la disponibilité d’aliments produits localement ; assurer aux paysans un revenu digne ; répondre aux exigences de gestion durable des ressources naturelles.

Face  à  la  croissance  rapide  des  villes  et  à une demande accrue de la part des consommateurs urbains qui modifient les rapports ville-campagne, l’agriculture familiale doit aujourd’hui renforcer sa capacité à nourrir les villes par la production locale.

Afin de les soutenir, la Fondation de France et  le  Comité  Français  pour  la  Solidarité  Internationale (CFSI) se sont associés en 2009 pour lancer un programme de renforcement de l’agriculture familiale en Afrique subsaharienne, recentré depuis 2010 sur l’Afrique de l’Ouest.

Ce programme bénéficie de la contribution de l’Agence française de développement, de la Fondation Bruneau (sous l’égide de la Fondation de France), de la Fondation Ensemble, de la Fondation L’OCCITANE et de la Fondation Un monde par tous. SEED Foundation est associée au volet capitalisation du programme.

Objectifs :

L’objectif général de cet appel est de :

  • promouvoir des initiatives locales de renforcement de l’accès à l’alimentation par une agriculture familiale ouest-africaine viable et durable ;
  • d’en partager les acquis à des échelles plus vastes ;
  • et de contribuer à la documentation de la soutenabilité de ce modèle agricole qui soit susceptible d’interpeller les décideurs pour une prise en compte de ces enjeux dans les politiques publiques.

Le programme soutient des projets qui prennent en compte l’une et l’autre des deux thématiques suivantes :

  • connecter agriculture familiale et marchés / promouvoir le « consommer local » ;
  • développer des pratiques d’agriculture durable / des systèmes alimentaires durables.
L’appel à projets 2018 cible exclusivement les innovations spécifiques à la connexion avec les marchés de masse. En 2018, seuls seront sélectionnés les projets démontrant une réelle capacité à mettre en oeuvre des innovations répondant au questionnement prioritaire suivant :
Comment dépasser les marchés de niche ? – que ce soit au travers des achats institutionnels ou via des actions visant à toucher un nombre significatif de consommateurs des catégories moyennes et pauvres, voire très pauvres.
 

Financement :

 
Afin d’inciter les demandeurs à développer des partenariats diversifiés, notamment locaux, le programme Pafao ne financera pas l’intégralité d’un projet (maximum 80 %). Les plans de financement mentionneront les autres partenaires financiers sollicités et/ou acquis, ainsi que la part d’autofinancement prévue.
Deux types d’initiatives seront soutenus :
– des projets de courte durée (un an), pour un montant accordé de 10 000 à 15 000 euros ;
–  des projets pluriannuels (maximum trois ans), pour un montant, sur l’ensemble de la période, d’un maximum de 50 000 euros pour 3 ans (versés par tranche annuelle au vu de l’avancement du projet).
Les projets financés peuvent être des volets bien spécifiques de programmes plus vastes, en cours ou nouveaux. Ils peuvent avoir démarré avant le dépôt du dossier mais seules les dépenses postérieures au 1 er janvier 2018 seront financées par le programme et présentées dans le budget joint à la demande de subvention. Les actions financées doivent démarrer avant le 31 décembre 2018.
 

À qui s’adresse l’appel à projets ? :

Aux personnes morales sans but lucratif :
  1. aux organisations paysannes (OP) d’Afrique de l’Ouest ;
  2. aux ONG d’appui actives en Afrique de l’Ouest ou en Europe dans la mesure où elles agissent avec des partenaires locaux ;
  3. aux organismes de recherche et/ou de formation.
Important : l’appel à projets est réservé à des propositions d’actions en partenariat formalisé entre une organisation ouest-africaine et une organisation européenne. L’organisation porteuse peut être ouest africaine ou européenne.
La date limite de réception du dossier par mail est fixée au lundi 26 février 2018.
 
Pour plus d’informations, veuillez consulter le site du CFSI.
 

Date limite de dépôt :


26 février 2018

 
Source Coordination Sud