Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Parcours thématique n°2

COMMENT LE NUMERIQUE PARTICIPE AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES PAYS DU SUD ?

Publié le 07.05.2015

Interviews de Thierry Barbaut de l'Agence des Micro Projets et Pierre Berthou de Futur Skill digital.

Thierry Barbaut – Agence des Micro Projets

Quel est le sujet de votre intervention ?

Je vais aborder le rôle de passerelle que joue le numérique dans les échanges entre le Nord et le Sud. Il est intéressant de voir qui en bénéficie et quels sont les enjeux qui en découlent. L’un de ces enjeux est de réussir à « faire de l’utile ». L’Agence des Micro Projets agit dans ce sens en soutenant des projets de développement participatif, nous sommes « incubateur d’initiatives solidaires »

Pour bien comprendre ces enjeux il faut faire un focus sur les usages qui sont très différents en Afrique et en Europe. Chez nous, Internet et les outils numériques servent à rechercher des informations précises via des sites notamment, ce qui est possible grâce à des connexions rapides. En Afrique, compte tenu des niveaux de débits plus bas, il s’agit plutôt d’entrer en contact avec des organisations ou d’autres personnes via les e-mails ou Facebook.

Pourquoi avez-vous choisi le numérique ?

Je travaille depuis une vingtaine d’année sur le sujet entre l’Europe et l’Afrique. L’arrivée du numérique est une révolution pour les pays en voie de développement. Elle a permis le développement et la valorisation du « made in Africa ». J’interviens dans ces pays via l’agence, mais également pour des évaluations de terrain afin de mesurer le potentiel de duplication. Nous travaillons avec tous les pays en développement, parmi lesquels les pays francophones sont majoritaires. Nos thématiques sont celles de la solidarité et de l’aide au développement. Nous ne faisons pas d’aide d’urgence.

Qu’attendez-vous de ces assises ?

Dématérialisation des projets, mobile banking, finance participative, crowdfunding, cartes interactives, crowdimpacting, réseaux sociaux, le numérique offre d’incroyables opportunités pour la solidarité, je souhaite expliquer comment le nouvelles technologie révolutionnent cet écosystème.
J’espère rencontrer des personnes intéressées par ce sujet. Je voudrais aussi évoquer les besoins concrets de ces pays qui sont indissociable de leur culture et montrer comment le numérique peut les aider.
Avec l’Agence des Micro Projets nous soutenons plus de 100 projets par an sur les 800 qui nous sont soumis, un processus de dématérialisation de gestion de vie des projets a été mis en place et porteurs, jury, bénéficiaires peuvent désormais suivre l’évolution du projet de sa naissance à son évaluation terrain jusqu’au perspectives de démultiplication. Nous étudions le crowdimpacting avec une cartographie interactive et un moteur de recherche. Toutes nos démarches dans l’univers du digital sont accessibles de tous, et les bénéficiaires, en majeure partie en Afrique, suivent de près nos actions et particulièrement par le biais des réseaux sociaux.
Notre percée dans le digital nous permet de fédérer des nouveaux partenaires comme la Fondation « Agir sa Vie » qui utilise désormais notre outil digital afin de profiter de l’expertise numérique et de la dématérialisation. L’Agence Française de Développement soutient directement notre programme.

Cette année les acteurs économiques et les entreprises sont conviés aux assises. Travaillez-vous avec des entreprises ?

Oui, nous travaillons surtout avec des partenaires du domaine de l’énergie et du développement durable ainsi qu’avec des fondations d’entreprises. Nous travaillons au développement de nouvelles applications adaptées aux pays en développement, où les Smartphones ont un taux de pénétration de 20%. Nous avons également développé une plateforme de finance participative afin de mettre en avant les projets que nous suivons.

A titre d’exemple nous soutenons des médias numériques sur l’agriculture, des projets d’amélioration de la diffusion d’information, de bonnes pratiques, et plus concrètement l’accès à l’eau, la santé l’éducation et les droits de l’homme. Des thématiques qui sont de plus en plus en synergie avec l’univers du digital et des incroyables perspectives de développement qu’il propose.

 

Pierre Berthou – Futur Skill Digital

Quel est le sujet de votre intervention ?

Mon témoignage s’inscrit dans le partenariat que nous menons avec l’association Défi (DEvelopper Former Informer). Défi est une ONG rennaise présente dans 4 pays : Madagascar, Haïti, le Togo et le Bénin.

L’association forme des professeurs de ces pays à la méthode « de la main à la pâte », qui a été développée par le Professeur Georges CHARPAK (Prix Nobel de physique) et est utilisée pour l’apprentissage des sciences. Futur Skill Digital s’est associé à ce projet en proposant sa plateforme d’e-learning à l’association Défi. Ainsi la plateforme a été mise en place en France et dans les quatre pays Africains ciblés. Celle-ci est à destination des instituteurs formés par Défi.

Nous avons également contribué à la mise en place de centres de ressources pédagogiques et ludiques avec des ordinateurs dans plusieurs villages. Les centres sont alimentés par l’énergie solaire et/ou éolienne et les ordinateurs sont mis en réseau entre eux.

Pourquoi avoir choisi le thème du numérique ?

Notre société Futur Skill Digital existe depuis près de 15 ans. Elle fait aujourd’hui partie de Manpower groupe et travaille notamment dans le domaine du e-learning

Qu’attendez-vous de ces Assises ?

Il est intéressant de voir comment le numérique est un vecteur pour l’éducation quel que soit le niveau de développement des pays. L’utilisation du numérique dans ces pays n’est pas facile et relève encore de l’expérimentation mais permet un gain de temps dans l’éducation et également dans d’autre domaines dans d’autre domaines.

Cette année les Assises s’adressent aux entreprises et acteur économiques, que pensez-vous des partenariats et liens entre association de solidarité internationale et entreprises ?

 Les projets de solidarité peuvent être fédérateurs au sein de l’entreprise. Ils permettent de se mobiliser sur un projet différent de ceux qui sont traités habituellement. Pour que cela fonctionne, il faut que les salariés s’impliquent. Chez nous 3 collaborateurs se sont fortement impliqués dans cette démarche.