Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

La coopération et la solidarité internationale en mouvement – co-construire les dynamiques de réseaux en Bretagne : inscrivez-vous aux rencontres régionales thématiques sur les territoires !

Atelier cartographique Châteaulin ©Région Bretagne
Publié le 03.02.2017

Vous avez suivi de près ou de loin la démarche de co-construction des acteurs de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée issue du diagnostic de la plateforme ABCIS ? Vous avez participé aux premières réflexions issues du diagnostic et/ou vous vous êtes impliqués dans les ateliers cartographiques ?

Des points de débats d’une extrême actualité ont émergé.

Venez en débattre à l’occasion de rencontres régionales sur les territoires !

  • Thème n° 1 : "Comment penser les partenariats entre collectivités territoriales et les acteurs associatifs ?"

le 28 février au centre Juvénat Notre Dame de Châteaulin, de 12H à 17H.

 
Tensions liées au double positionnement des collectivités : 
 
- Financeurs-partenaires/soutien/reconnaissance
 
Les collectivité territoriales ne se perçoivent pas seulement comme des financeurs. Soutenir la solidarité internationale constitue un choix politique en tant que tel, et les collectivités souhaitent que cet investissement soit reconnu. Par ailleurs, ce soutien fait évoluer les pratiques, car les critères de financements amènent à prendre en compte différentes orientations défendues par les institutions (cf. la charte régionale de la solidarité internationale) ; a contrario être financé veut dire s’adapter à des objectifs fixés par des politiques. 
 
- Financeurs-acteurs de la coopération internationale
 
Les collectivités territoriales sont également des acteurs susceptible de contribuer aux débats via les pratiques de la coopération décentralisée et donc pas seulement comme coordinateurs/financeurs d’actions. De leur côté, les associations ne peuvent être considérées comme le bras armé d’une politique publique… Comment travailler cette dualité ?
 
  • Thème n° 2 : Comment définir collectivement les enjeux de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée dans le contexte contemporain ?

le 30 mars  dans les locaux du RESIA (bâtiment Louise Michel - Maison départementale des associations) à St Brieuc, de 12H à 17H.

Comment créer un espace de réflexion partagée qui réactualise une approche partagée de la solidarité internationale ?

Aujourd’hui le terme de solidarité internationale ne semble plus approprié, chacun est un peu isolé, dans sa bulle associative et le champ pèse sous le poids d'un héritage et d'une sémantique qui pose problème pour certains… D’aucuns soulignent que les échanges doivent être pensés de façon solidaire, les problématiques du nord et du sud n'étant pas fondamentalement différentes… Il convient d’ouvrir un espace sur la question même de la « solidarité internationale » : les termes sont-ils adaptés ? Dans ce cadre, comment faire entendre les  voix du sud,  le rôle des migrants et de la diaspora ?
Bien qu'il existe des visions très différentes de la solidarité internationale (aide, bénévolat, engagement citoyen), on peut également identifier des références à un mouvement associatif commun. Cependant, ce mouvement est fortement affaibli aujourd’hui. Un des enjeux réside dans la capacité à constituer un mouvement associatif sans effacer les différences de position. Qui et comment peut-on l’animer?
  • Thème n° 3 : "Comment renforcer la solidarité internationale par des partenariats avec d’autres acteurs ?"

le 27 avril à l'auberge de jeunesse à Rennes, de 12H à 17H.

 
(ex. éducation à l’environnement, développement durable, éducation populaire, mobilité internationale des jeunes…). 
La dynamique associative est à chercher à la fois dans et hors du champ. Pistes  : quelle place donner aux acteurs scolaires avec qui tout le monde travaille ? Pour aller à la rencontre d’autres catégories d’acteurs, comment s’appuyer sur un travail en amont de réflexion autour du rôle éducatif qui fait commun au sein de la solidarité internationale ?
 
  • Thème n° 4 : "Comment penser des organisations territoriales souples qui favorisent le partenariat et la coopération ?"

le 23 mai à l'Espace des Grands Larges à Lorient, de 12H à 17H.

 
Il existe des polarités locales (institutionnelles, associatives, …) qui construisent un maillage du territoire. Il y a un  enjeu à les identifier, les reconnaître et à ne pas les diluer dans d’autres espaces  (ex. de la PASI à Pont-L'abbé) au risque de segmentation et fragmentation. Comment renforcer ces polarités locales en pensant l’animation sur le territoire ? Comment faire le lien et assurer le relais avec d’autres échelles de collaboration (département, région, …)
 
Comment renforcer le champ en créant des complémentarités entre réseaux de différentes natures et de différentes échelles ? Comment des rencontres des collectifs associatifs/institutionnels peuvent être des ressources pour des réseaux locaux ? Comment les réseaux locaux peuvent apporter des choses aux réseaux institutionnels ? Comment  s’appuyer sur le rôle de passerelle, d’accès aux réseaux, tête de réseau et quelle reconnaissance par la Région de ces derniers ? 
 

Pourquoi venir ?

  • Ces questions peuvent permettre de penser les conditions de coopérations, de partenariats pour agir ensemble en Bretagne à différentes échelles.
  • Elles semblent aujourd’hui indispensables pour affirmer la spécificité et la plus-value de la solidarité internationale et de la coopération décentralisée dans le contexte actuel.
  • Elles initient des débats qui seront poursuivis lors des Assises en décembre 2017.
  • Elles expérimentent et préparent un nouveau modèle d’organisation entre acteurs bretons.
 
 
Entrée libre et gratuite.
 
Un cocktail déjeunatoire sera servi à 12 h afin de favoriser l'interconnaissance et sera suivi à 13 h de la réunion.
 
 
 
 
 

Inscrivez-vous à une ou plusieurs rencontres régionales

En remplissant ce coupon-réponse à bien vouloir nous retourner avant le 21 février 2017 pour Châteaulin, 23 mars pour Saint-Brieuc, 13 avril pour Rennes et 16 mai pour Lorient.
 
Si vous ne pouvez pas participer, mais que vous souhaitez contribuer à la réflexion, envoyez-nous votre contribution en cliquant sur ce lien
 
Un co-voiturage est possible pour chaque lieu de réunion. Pour cela, c'est simple, il suffit de vous enregistrer dans les liens suivants et d'organiser vous-même votre co-voiturage :