Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

La première édition du Festival des solidarités est programmée du 17 novembre au 3 décembre.

Le nom change, les valeurs restent !

Festival solidarités slogan
Publié le 08.02.2017

Depuis 20 ans, la Semaine de la solidarité internationale permet à ceux qui s'engagent pour un monde plus solidaire de se rencontrer, de créer des dynamiques collectives et de se faire connaître du grand public, pour inciter un plus grand nombre de citoyens à agir pour un monde juste et durable. Pour répondre aux enjeux actuels, la SSI change de nom et fait évoluer son positionnement, mais continue de porter haut et fort ses valeurs.

La solidarité internationale n'a jamais été aussi importante et urgente

 
Notre monde et notre pays ont plus que jamais besoin de promouvoir une approche internationale et solidaire des grands enjeux auxquels nous sommes confrontés. Augmentation des inégalités économiques mondiales, réfugiés climatiques ou de guerres, hégémonie de la finance au détriment de l’humain, méfiance envers l'autre... C'est le système économique mondial, au service des intérets financiers, qui réduit les droits des peuples, détruit l'environnement, ignore les spécificités culturelles, partout dans le monde.
 
Les solutions aux problèmes des citoyens en France et à travers le monde ne se trouveront pas dans le repli sur soi. Au contraire, nous continuons à penser que la défense des droits fondamentaux, de l'environnement, des spécificités culturelles,… doit être envisagée par une approche globale.
 

Quel rôle peut jouer la Semaine de la solidarité internationale ?
 

Depuis 20 ans, la Semaine de la solidarité internationale permet à ceux, petits ou grands, qui s'engagent pour un monde plus solidaire, de se rencontrer, de créer des dynamiques collectives, d’être un espace de visibilité, de valorisation et de se faire connaître du grand public, dans le but d'inciter un plus grand nombre de citoyens à agir pour un monde juste. Elle s’est construite autour d’un dénominateur commun, la solidarité internationale, à des périodes où les informations n'étaient pas aussi facilement accessibles et aussi foisonnantes.
 
Cet événement est aujourd'hui bien inscrit dans les territoires et a réussi à fédérer, au niveau local comme au niveau national, une grande partie des acteurs de la solidarité internationale. Toutefois, notre démarche a aussi ses limites : nous partageons le sentiment d’un certain « entre-soi » et avons du mal à attirer à nos événements les citoyens non convaincus. Et pourtant ce sont ceux qui sont aujourd'hui séduits par les discours populistes, le repli sur soi, le rejet de l’autre, qu'il nous faudrait toucher.
 

Le choix de la sensibilisation et l’ouverture à d’autres acteurs

 
Si notre objectif est bien de sensibiliser le grand public à la solidarité internationale, il nous faut employer des méthodes adaptées. Les acteurs qui y parviennent ne font pas de l'adhésion à la solidarité internationale un préalable à la discussion avec les publics. Au contraire, ils tentent d'identifier des valeurs communes et de s'appuyer sur celles-ci pour les élargir à la dimension internationale et pour proposer des pistes d'actions citoyennes.
 
C'est dans cette direction que le comité de pilotage du projet a souhaité s’inscrire depuis deux ans. Nos objectifs ne changent pas : il s'agit de faire adhérer les publics les plus larges à la solidarité internationale, et de les inviter à l'action. Mais nos messages et notre nom actuel nous empêchent souvent de toucher ceux avec qui nous avons besoin d'établir la discussion.
 
Les termes de « solidarité internationale » ne sont pas toujours spontanément compris du grand public, ni repris par les médias. Afin d’assurer la promotion de l’événement, et de tous ceux qui le portent, et ainsi favoriser son développement, nous souhaitons attirer de nouveaux publics et fonder notre sensibilisation autour de l’engagement citoyen à un niveau local, engagement qui vient apporter des réponses à des enjeux globaux.
 

Passer du sentiment d’impuissance à l'engagement collectif

 
La solidarité, tout le monde y adhère. La seule différence tient dans la dimension qu'on veut bien lui donner.
 
Les migrations, les délocalisations, la crise agricole ou bien même le terrorisme nous rappellent chaque jour l'interdépendance entre les échelles locale et internationale, entre le champ social et solidaire. Le véritable enjeu est de faire comprendre aux citoyens aujourd'hui rétifs à la solidarité internationale, que les hommes et les femmes victimes du système dominant, où qu'ils soient, sont des alliés potentiels dans le combat contre les vrais responsables des crises, et non pas des menaces.
 
Pour y parvenir, il nous faut sans doute aussi, nous acteurs de la solidarité internationale, montrer notre engagement aux côtés de tous les citoyens en lutte pour leurs droits, même s'il s'agit de luttes apparemment locales.
 
La solidarité internationale était notre unique porte d’entrée pour agir collectivement, il s’agit maintenant de relever le défi, et surtout de saisir l’opportunité, de poursuivre ces dynamiques autour des solidarités. La solidarité internationale n’y perd rien. Au contraire, elle s’enrichit, elle s’ouvre, elle montre comment la société civile, les associations, individus, mouvements de citoyens, portent l’exigence de vivre dignement où que l’on soit.
 
Pour répondre à ces constats d’entre-soi, de publics trop peu présents sur nos événements, de l’extrême nécessité que la solidarité internationale soit comprise de tous les citoyens, et du lien indispensable avec les champs social et politique, nous avons donc souhaité relever le défi d’un changement de positionnement, de format d’événement et donc de nom.
 
Nous tenons à vous remercier une fois de plus pour votre participation aux différents temps de consultation menés depuis plus de deux ans, qui ont permis d'impluser ces changements (rencontres régionales, rencontre nationale, étude « pôles référents », enquête nationale autour des orientations du projet, consultation en ligne pour le nouveau nom) et qui nous amènent aujourd'hui à devenir le Festival des Solidarités.
 
Nous avons conscience que ces évolutions vont impacter nos habitudes et certainement nos partenaires et nos publics historiques, mais nous sommes persuadés qu’ensemble, collectivement, solidairement et dans la bienveillance, nous relèverons ce défi. Nous sommes les acteurs de ce projet, les porte-voix et les garants d’une solidarité internationale vivante et ouverte sur les territoires ! Cet événement, notre événement, restera cet espace de rencontres, de bouillonnement et de visibilité pour toute organisation qui fait vivre cette valeur : solidarité !
 
 
Le Comité de pilotage de la Semaine