Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Artisanat et commerce

Un programme de micro-crédits qui contribue au développement de Diego Suarez à Madagascar

Etal d'épices ©Diego développement

Entretien avec Michel HAMON, trésorier de l'association Diego développement à Brest

Depuis 2001, l'association Diego Développement de Brest et l'organisation de développement de la Région de Diégo (ODRD), ONG locale, portent ensemble un programme de micro-crédits à Diego Suarez au Nord-Est de Madagascar.


Un programme de micro-crédit, pour qui ?

Les crédits sont accordés à des groupes de 4 à 5 personnes (qui n'ont pas accès aux prêts bancaires classiques, compte tenu de leur niveau de pauvreté) qui s'engagent solidairement à rembourser les prêts. Un Président de groupe est désigné pour se déplacer à l'agence de prêt (ODRD) afin de rembourser les échéances de prêts. Les femmes sont les bénéficiaires prioritaires de ces crédits ; en effet les emplois salariés quand ils existent concernent essentiellement les hommes. Ces emplois sont inaccessibles pour les femmes pauvres, souvent seules et avec plusieurs enfants. Elles survivent auprès de leur logement s'absentant peu. Le micro-crédit leur donne la possibilité de créer une activité génératrice de revenus près de chez elles.


Un programme de micro-crédit, pourquoi ?

Ces prêts de faible montant permettent aux emprunteurs de développer et de diversifier à proximité de leurs habitations des activités génératrices de revenus, comme la couture, le petit artisanat, le commerce de proximité… Ils rendent par exemple possible l'acquisition de matériel (machine à coudre) ou la constitution de stocks de marchandises (alimentation, vêtements…) destinées à la vente.



 
@ Diego développement


Un programme de micro-crédit, comment ça marche ?

Les prêts fonctionnent par cycle. Au cours du 1er cycle dit crédit probatoire, un prêt de 128 500 Ariary (environ 48 €) est accordé et la durée de remboursement est fixée à 6 mois au taux t'intérêt de 3,5 % par mois. Une formation en gestion est réalisée par l'ODRD au profit des emprunteurs souvent peu instruits pour savoir distinguer chiffres d'affaires/bénéfices, tenir un livre de comptes, faire des prévisions en fonction des besoins…A l'issue de ce premier prêt, un second prêt de 304 800 Ariary (environ 112 €) peut être octroyé pendant 1 an au taux de 3 % par mois. Le troisième cycle concerne un emprunt de 355 600 Ariary (environ 132 €) sur 1 an au taux de 3% par mois. Enfin, un quatrième cycle de prêt peut être attribué pour un montant de 400 400 Ariary (environ 148 €) remboursable sur 1 an au taux de 3% par mois. Jusqu'à maintenant, 1000 microcrédits ont pu être accordés, touchant environ 5% de la population de Diego Suarez. Les emprunteurs remboursent globalement assez bien leurs crédits à 92 %. Toutefois, les initiateurs du programme rencontrent toufefois des échecs, souvent pour des raisons d'absence de marché, pour environ 8 % des prêts.

 
@Diego développement

 


Un programme de micro-crédit, ça change quoi ?

Tous les ans, des enquêtes sont menées auprès d'un échantillon de bénéficiaires pour évaluer les impacts de ces crédits afin de ré-orienter ou d'adapter les actions. Focus sur le premier audit réalisé en 2012. La scolarisation des enfants (payante à Madagascar) est le premier effet indirect identifié grâce aux revenus supplémentaires dégagés.
L'augmentation et la diversification des revenus permettent aussi de mieux se nourrir et de mieux se soigner. L'aménagement de la maison, l'accès à l'électricité et la constitution éventuelle d'une petite épargne sont aussi évoqués par les bénéficiaires.


10 ans d'actions à Diego Suarez, et après ?

- le retrait progressif de l'ONG bretonne : ce projet a été pensé en impliquant le plus possible la population locale afin qu'elle puisse à terme gérer le programme de façon autonome ; les 7 salariés sur place sont d'ailleurs malgaches. Diego développement se donne encore 5 ans avant de se retirer complètement.
- l'investissement dans une école de la micro-finance : ‘Diego Développement' a créé en janvier 2012 une école de la microfinance destinée à former aux métiers de la microfinance, au Bénin, en République démocratique du Congo, à Madagascar et au Congo Brazaville. Ce sont des formations très spécialisées destinées au personnel et aux administrateurs des Institutions de microfinance (IMF) et qui portent sur l'étude du risque en microfinance, l'audit et le contrôle, la comptabilité des institutions de microfinance, le contrôle de gestion, la gouvernance d'une IMF…Notre formation la plus complète qui s'étale sur près de une année s'appelle « le parcours du Directeur d'Agence IMF ». L'objectif de nos formations est de permettre de former des cadres pour permettre le bon fonctionnement des institutions. Les cours sont dispensés par correspondance et par skype (formations e-learning).


 
@Diego développement
 

‘Diego Développement' en Bretagne

Forte de son expérience de terrain et du recul acquis après 10 ans d'action, l'association intervient à la demande depuis près de deux ans pour des conférences sur le microcrédit et la microfinance. Si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter M. Michel Hamon, hamonmi@free.fr