Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Mise en ligne en avril 2012

Des enfants scolarisés à So-Tchanhoué au Bénin grâce à l'aide du micro-crédit

Alimentation ©Espoir

Entretien avec Dorian Marie, membre de l'association Espoir, sur leur projet de micro-crédit au Bénin.

L'association a entamé depuis 2010 un partenariat avec l'association villageoise de développement Sonagnon au Bénin, pour réaliser un programme de micro-crédit, dans le village de So-Tchanhoué au bord du lac Nokoué, localité de pêcheurs.

  @Espoir

Comment se concrétise ce projet de micro-crédit au Bénin ?



Les micro-crédits sont attribués à des groupes de femmes, composés en général de 5 femmes, qui s'engagent solidairement à rembourser le crédit, pour le développement d'activités génératrices de revenus. Si la plupart d'entre elles exerçaient déjà leurs activités (petits commerces d'alimentation de base, couture…) avant de pouvoir bénéficier du microc-rédit, il leur a permis de dégager des revenus supplémentaires et de pouvoir se constituer une petite épargne. Les économies ainsi générées sont investies pour couvrir les frais de scolarisation des enfants et améliorent les conditions de vie de la famille. Le taux de scolarisation a d'ailleurs été amélioré de 20 %, selon les autorités locales.

Quelques portraits de bénéficiaires

Accompagnées dans leurs projets, les femmes reçoivent au départ une petite formation en gestion par une structure de micro-finance pour avoir une vision à plus long terme de leurs activités. Elles apprennent aussi à faire des prévisions en fonction de leurs besoins.

En 2011, 110 femmes ont pu bénéficier de micro-crédits versés par l'organisme prêteur Sonagnon, ce qui représente 220 crédits par an, compte tenu du délai de remboursement de 6 mois. Dans chaque groupe, une « Présidente » est chargée de gérer le remboursement. Cinq cycles de micro-crédits sont donc accordés dans l'année. Le crédit octroyé est de 50 000 FCFA (175 €) en moyenne. Le taux d'intérêt est fixé à 2 % dégressif sur 6 mois. Il permet de couvrir une partie des frais supportés par Sonagnon dans le projet.

L'objectif à terme est d'atteindre le nombre de 640 micro-crédits octroyés par an pour que l'activité soit suffisamment pérenne et puisse s'autofinancer. Un cercle vertueux se mettrait en place pour développer l'économie du village et s'étendre sur le territoire à d'autres villages alentours.


Et l'association Espoir dans tout ça ?


Tout d'abord, son soutien financier contribue à faire en sorte que le taux d'intérêt soit fixe et bas, ce qui permet aux femmes d'éviter les écueils de l'endettement en raison de difficultés de remboursement (principale critique faite au mico-crédit).

D'autre part, certains membres de l'association impliqués dans le projet suivent des études en lien avec l'analyse de projets. Ils peuvent être amenés à apporter leur expertise dans la méthodologie de projet, la mise en réseau, la recherche de partenaires, d'autant plus que les contacts par internet et par téléphone sont plus faciles ici.

Actuellement, l'association étudie la faisabilité d'une demande d'installation de panneaux solaires qui alimenteraient le siège de l'association en électricité pour l'équiper en outils informatiques afin d'informatiser la gestion des dossiers de micro-crédits qui sont actuellement en format papier.

Deux membres de l'association vont se déplacer en mission en juin prochain pendant un mois et demi pour constater sur place avec son partenaire local les avancées du projet et envisager des pistes d'évolution.

Enfin, l'association recherche à diversifier ses sources de financements (autres que les bailleurs de fonds publics) en faisant appel à des mécènes et à des fondations.

Le partenariat conclu avec Sonagnon leur permet d'être au plus près des réalités locales du pays, ce qui leur est très utile et profitable dans leurs actions d'éducation à la citoyenneté internationale.

Focus sur l'association

L'association étudiante Espoir, née en 2008, compte environ 30 membres, dont une quinzaine de membres actifs. Elle regroupe essentiellement des étudiants d'universités rennaises. Collaborant étroitement avec l'association Quartiers jeunes depuis quelque temps, elle va tout prochainement fusionner avec elle.

Une grande partie de son activité consiste à faire de l'information et de la sensibilisation à la solidarité internationale et à l'économie sociale et solidaire.

L'association participe à de nombreuses conférences, animations en lien avec des thèmes d'actualité (actuellement le mois contre la françafrique) ou sur des sujets précis (récemment : la dette expliquée aux Rennais), au forum jeunesse, à la semaine de la solidarité internationale, au Festiv'all, en essayant de diversifier au maximum son public et d'adapter sa stratégie de communication en fonction du public ciblé.

Elle est également membre de réseaux étudiants nationaux, tels Animafac, Etudiants et développement. Ca lui donne une meilleure visibilité et lui pemet de faire connaître ses actions auprès d'un rayon d'acteurs plus large et d'échanger et de partager avec d'autres associations étudiantes. Elle a d'ailleurs participé cette année au forum national initiatives jeunes organisé par Animafac qui a regroupé 300 exposants.

Elle anime aussi une émission de radio sur Radio Campus « On dirait que ça bouge » qui fait écho à l'actualité de la solidarité internationale et locale.