Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Une démarche de coopération concertée

Coopération décentralisée Bretagne-Pays de Loire-Guadeloupe avec le Département de la Grand’Anse en Haïti

Formation pêcheurs haïtiens - Département de la Grand'Anse ©Patrick Orcel
Publié le 04.09.2013

A la suite du violent séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, de nombreuses collectivités de Bretagne se sont mobilisées pour mettre en place des programmes de développement en direction du département de la Grand’Anse, dans le sud-ouest du pays, fortement affecté par des migrations de populations.

En réponse à l’appel de l’association des maires de la Grand’Anse (AMAGA)[1], un partenariat innovant et concerté s’est mis en place en 2011. Animé par le Conseil général des Côtes d’Armor, il associe aujourd’hui 9 collectivités territoriales ou communautés de communes[2], le Centre de gestion des Côtes d’Armor et Cités Unies France et a mobilisé plusieurs partenaires techniques tels que le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes ou le Lycée maritime d’Etel.

@ France Diplomatie

Le Département de la Grand'Anse

La population est essentiellement rurale avec un habitat dispersé dans des montagnes appelées "mornes". 90% de cette population se consacre à l'agriculture. En raison de son isolement du reste du pays, la Grand'Anse conserve une relative couverture végétale. Par ailleurs, son climat tropical offre à cette terre, riche en ressources, un grand potentiel agro-écologique et dans le domaine de la pêche.
 
Toutes les communes de la Grand'Anse sont confrontées aux mêmes problématiques d'absence d'eau potable et d'électricité courante, d'assainissement, de collecte et de traitement des déchets, mais aussi d'insuffisances chroniques au niveau des systèmes d'éducation et de santé. 
 

 
Dans les jours qui ont suivi le séisme de 2010, le département de la Grand'Anse a dû faire face à un afflux massif de 150 000 rescapés venant de Port-au-Prince, dont la prise en charge fut confiée à la seule charge des maires.
 

Quelques chiffres et éléments de comparaison



Recensement par estimation de 2009
 

Gouvernance locale, sécurité alimentaire, santé et salubrité publique

La coopération avec ce territoire, situé dans la partie sud-ouest d’Haïti,  a été engagée autour de plusieurs priorités : l’appui institutionnel aux Communes de la Grand’Anse et à l’Association des Maires, d’une part, le développement des activités agricoles et de pêche, d’autre part, l’appui à des projets en matière d’eau et d’assainissement, d’hygiène et de santé publique, enfin.

* l’appui à la gouvernance locale : les partenaires de la coopération se sont engagés dans des actions de renforcement des capacités de l’AMAGA pour organiser la réflexion, la planification et la cohérence des activités de développement de la Grand'Anse. Celles-ci passent notamment parla mise à disposition de moyens humains (financement d’un poste d’administrateur) et techniques (locaux).

* le renforcement de la sécurité alimentaire : sur la base de propositions formulées par l’AMAGA, le Conseil général des Côtes d’Armor et la Région Bretagne se sont impliqués dans la mise en œuvre d’un programme de développement agricole et rural (recrutement d'un Ingénieur agronome et d'une équipe de 5 agents de développement/vulgarisateurs, mise en place d'un programme d'appui/conseil et de formations), la réalisation d’un diagnostic des formations agricoles par la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV)[3] de Port au Prince  et la réalisation d’une 1ère action de formation en techniques de pêche  par un enseignant du lycée professionnel maritime d’Etel (voir interview plus bas).

* Nantes et Saint-Brieuc se sont engagées dans des programmes d’amélioration de la santé publique, de renforcement de l’accès à l’eau potable, d’assainissement et de traitement des déchets.

[1] Créée en 2007, « l’Amaga a pour but de réunir les Maires des 12 Communes du département en vue de la réalisation d’actions communes favorables au développement des municipalités et dans le sens de la mission des administrations communales qui est essentiellement de d’assurer des services de qualité à la population ». Extrait des statuts. Sa création s’inscrit en réponse au rôle en constante régression rempli par les autorités publiques sur place.

[2]Conseil régional de Bretagne, Conseil général des Côtes d’Armor, Ville de Nantes et Nantes Métropole, Saint-Brieuc Agglomération, Lannion Trégor Agglomération, communauté de communes du Kreiz Breiz, villes de Goubeyre et de Morne à l’Eau (Guadeloupe). L’aide structurelle accordée au titre de la coopération décentralisée, complémentaire de l’aide d’urgence joue un rôle déterminant en raison du retrait continu des institutions internationales à l’aide au développement.

[3] Agrocampus Ouest à Rennes a développé de 2007 à 2011, avec le soutien de la Région Bretagne, un partenariat étroit avec la FAMV, en particulier dans le domaine de la production et de la transformation laitière. Par ailleurs, de nombreuses journées de missions d'enseignants-chercheurs (nord-sud et sud-nord) ont été prises en compte et plusieurs étudiants haïtiens ont bénéficié d'un complément de formation à Agrocampus à Rennes.

Interview de l'enseignant du lycée professionnel maritime d'Etel parti former les pêcheurs haïtiens

Suite à la mission exploratoire du proviseur du lycée professionnel maritime (LPM) d’Etel, en janvier 2012, en vue de développer des actions de formation continue dans le domaine de la pêche, une action de formation d’une semaine (fin avril-début mai 2013) a été réalisée par un enseignant de ce lycée. Les 16 pêcheurs inscrits représentaient l’ensemble des associations de pêcheurs des communes littorales de la Grand’Anse.Nous avons recueilli les impressions de l’enseignant, M. Patrick Padellec, à son retour de mission.

@ Patrick Padellec

ABCIS : Votre mission a consisté à apporter votre expertise, en quoi a-t-elle consisté exactement. Portait-elle sur la sécurité maritime, les techniques de pêche… ?

Patrick PADELLEC, LPM d’Etel : Ma mission a consisté a apporter un minimum de connaissances sur la navigation, la connaissance du GPS et la sécurité de la navigation.

Concernant  les techniques de pêche, les pêcheurs les maitrisent déjà bien sauf peut être la pêche sur les DCP (dispositif de concentration de poisson) qui demande à être développée.

ABCIS : Vous revenez avec quel sentiment ? Que pensez-vous avoir apporté aux pêcheurs ? Qu’avez-vous appris en retour ?

Patrick PADELLEC, LPM d’Etel  : Les pêcheurs de Grand’ Anse manquent  de tout : navires, matériels de pêche et de sécurité, et  reçoivent peu d’aide. Ils étaient tous bien motivés et très demandeurs de ce genre de formation ; je pense leur avoir apporté les bases pour pouvoir partir en mer en sécurité avec les navires qu’ils ont reçus de l’association humanitaire « Food for the Poor »

ABCIS : D’après votre expérience et votre constat sur place, quels projets dans le domaine de la pêche pourront être développés sur place ?

Patrick PADELLEC, LPM d’Etel  : Il faudrait développer la construction de navires sur place car les bois fouillés (pirogues) qu’ils utilisent  ne permettent pas une pêche plus lointaine et une navigation en sécurité ; la formation pour les autres pêcheurs est aussi une nécessité.

ABCIS : Avez-vous assuré des missions de même genre ailleurs (dans le cadre du lycée ou autre) ?

Patrick PADELLEC, LPM d’Etel : J’ai vécu 10 ans en Guadeloupe ou j’ai pratiqué la pèche professionnelle et donné des cours pour adultes (PCM : permis de conduire les moteurs marins et capacitaire  ; brevet de commandement à la pêche)

ABCIS : Quels autres projets avez-vous en perspective ?

La traduction en créole du manuel de formation est en cours au niveau local et à Grand’ Anse l’association des pêcheurs de Pestel espère mettre en place une formation pour tous les pêcheurs de la baie des Cayemites.

Le manuel de formation traduit en créole