Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Agriculture et solidarité internationale

Coopération décentralisée : Communauté de communes de Paimpol-Goëlo / Commune d’Ambararatabé (Madagascar)

Culture oignons Commune Ambararatabé, Région Bongolova, Madagascar ©CC Paimpol-Goëlo
Publié le 05.12.2013

La parole a été donnée à M. Jean-Etienne Bréant de la Communauté de Communes de Paimpol-Goëlo.

Les origines de la coopération

La coopération est née en 2011 de la proposition de Maurice Goarin, Président de la Communauté de communes de Paimpol-Goëlo (CCPG) et Vice-Président de l’INAO (Institut national de l’origine de la qualité), d’engager la collectivité dans une coopération décentralisée qui prenne appui sur le savoir-faire local dans le maraîchage et la sélection de semences, lié à la spécificité agricole du territoire costarmoricain.

Le Président s’est entouré des compétences d’André Geffroy de l’AFDI-Bretagne (Agriculteurs français et développement international). L’association accompagne depuis plusieurs années des projets de développement agricole à Madagascar, en particulier dans la Région Bongolova[1], à l’Ouest de la capitale. Elle a également mis en relation des collectivités bretonnes et malgaches en vue de partenariats durables. La commune malgache d’Ambararatabé qui souhaitait s’engager dans une coopération, a ainsi été proposée.

Après avoir pu constater, lors d’une première mission sur place, les besoins et rencontrer les personnes ressources, la communauté de communes a décidé de s’appuyer sur l’APDIP (Association paysanne pour le développement interprofessionnel) qui regroupe des organisations paysannes de la région Bongolava, assure des formations et constitue un interlocuteur crédible auprès des instances régionales (Région, services de l’Etat).

Le 2nd volet de la coopération consiste à apporter un appui au développement de la commune rurale d’Ambararatabé[2](12 000 habitants) qui ne disposait jusqu’alors d’aucun partenariat public international.

@ Elus de la Commune

La coopération : deux axes principaux

L’ APDIP a été missionnée pour structurer la profession et améliorer l’accès à des semences de qualité. La communauté de communes participe au financement d’un technicien semencier qui a pour rôle de former des paysans relais afin qu’ils puissent transmettre la formation acquise à un maximum de paysans de la commune. Le volet formation, transfert de connaissances est un axe fort et voulu par les élus de la communauté de communes, puisqu’il permettra une réappropriation locale en totale autonomie.

Le rôle de l’ APDIP est également d’inciter les paysans à se grouper[3] pour mutualiser les moyens,  augmenter la production et ainsi améliorer leurs conditions de vie.

La commune d’Ambararatabé a pu recruter un animateur communal financé en partie par la communauté de communes, dont le rôle consiste à établir le plan d’action communal et de trouver les financements.

Les premiers effets on pu être constatés (création des premiers groupements de producteurs, formation des agriculteurs accélérée…).

Mobilisation d’acteurs locaux dans la continuité de la coopération

La communauté de communes de Paimpol-Goëlo participe à plusieurs chantiers de la commune d’Ambararatabé

- dans le domaine de l’eau, avec l’expertise de la communauté de communes de Lanvollon Plouha, qui dans le cadre de sa coopération avec la commune malgache de Sakai, finance des projets dans les domaines de l’eau et de l’assainissement. Un projet de réalisation d’un réseau d’eau potable fait à l’heure actuelle l’objet de discussions.

- en matière de santé (réhabilitation d’un centre de santé), en partenariat avec l’association costarmoricaine Visa Santé Mali, qui a décidé, suite à la crise politique au Mali,  de réorienter une partie de son activité vers Madagascar (d’autres projets ont ainsi pu voir le jour (équipement de collèges/lycées).

En 2013, le technicien semencier a été accueilli pendant six mois en formation au SYNTEC, station expérimentale de Pleumeur-Gautier.

En parallèle, une délégation de la commune d’Ambararatabé, composée du Maire de la Commune, du Président du Conseil[4] et de l’assistant de l’animateur communal, a été accueillie en Bretagne. Ils ont pu échanger sur l’organisation administrative territoriale française et visiter des exploitations agricoles

Des retombées positives sur le territoire breton

L’engagement de cette coopération internationale a permis aux acteurs de la communauté de communes de nouer de nouveaux contacts avec les partenaires de son territoire (association cœur au Mali, Union des coopératives de Paimpol Tréguier et agriculteurs locaux), mais également avec d’autres collectivités (Communauté de communes de Lanvollon-Plouha, Pays Léonard).

Elle a également permis une mise en valeur des savoir-faire du territoire et de son patrimoine.

Lors des échanges, l’accueil s’est fait dans les familles à Madagascar et en Bretagne, mettant la relation humaine au cœur de projet.

La communauté de communes réfléchit aux moyens de restitution des actions menées (expos, vidéos…), qui pourraient aussi rendre compte de leur intérêt d’un point de vue économique, social, sociétal….et qui permettraient d’associer encore plus la population de son territoire.



[1 Région à dominante agricole et dont la population vit principalement d’activités agricoles. Sa faible productivité est due à des semences maraîchères de mauvaise qualité.

[2]La coopération décentralisée repose sur un partenariat entre collectivités.


[3]Ces pratiques de regroupements ne sont pas encore courantes dans le pays.

[4] Il y a deux autorités municipales à Madagascar

Pour contacter la Communauté de Communes de Paimpol-Goëlo :
M. Jean-Etienne BREANT
Directeur Général Adjoint en charge des services à la Population
Tél. 02 96 55 44 24
Messagerie : jean-etienne.breant@paimpol-goelo.com