Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Le monde de l'entreprise

photo n°34 ©Source: Lobodis

Le développement économique constitue une composante essentielle du développement. Dans un contexte de réduction de l'aide publique au développement, les entreprises, qu'il s'agisse de celles du Sud ou du Nord, des PME ou des grands groupes multinationaux, sont considérées par un nombre croissant d'acteurs comme des parties prenantes essentielles à mobiliser, même si leur implication reste parfois sujet à controverses.

En tout état de cause, le regard porté sur le rôle et la place des entreprises dans le développement et les actions de solidarité internationale évolue, se nuance et met en lumière la diversité croissante des modalités d'implication et des motivations qui les sous-tendent.
 

Une diversité de formes de contribution des entreprises au développement

  • Réponses aux appels d’offres des États, des collectivités locales et des bailleurs internationaux

  • Investissements et création d’entreprises et filiales locales

  • Fiscalité et conseils auprès des États

  • Dons/prêts, mécénat, partenariats avec des ONG et/ou des collectivités locales

  • Investissements dans des entreprises sociales

  • Assistance technique, transferts technologiques

Des motivations multiples

  • expérimenter de nouveaux modèles économiques fondés sur la création de valeurs partagés et sur l'innovation sociale

  • élargir les horizons territoriaux de l'entreprise (recherche de relais de croissance dans les pays du Sud)

  • affirmer sa responsabilité sociale (RSE). Il s'agit d'optimiser les performances de l'entreprise en prenant en compte toutes les parties prenantes de son environnement. En s'ouvrant sur le monde, l'entreprise peut y puiser de nouvelles idées, de nouvelles réponses à des besoins identifiés et modifier ses pratiques et son système de valeurs

  • accroître la motivation des salariés par le biais de l'épargne solidaire, le mécénat de compétences, les actions solidaires développées par les entreprises.

Les partenariats entre acteurs économiques, société civile et collectivités
 

Les modèles actuels de l'aide au développement plaident de façon insistante pour une action synergique entre les acteurs, la mise en place de « coalitions » susceptibles d'innover face à des enjeux qu'aucun, isolément, ne peut prétendre résoudre efficacement et de manière durable (cf. le rapport Faber-Naidoo).

En matière de développement économique, collectivités, associations et entreprises ont chacune leur rôle à jouer :

Collectivités
La loi du 7 juillet 2014 d'orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale marque une véritable reconnaissance de l'action des collectivités territoriales dans ce domaine. Elle réaffirme le principe de la promotion d'un développement durable dans les pays en développement. Leur rôle dans la diplomatie française est renforcé, en particulier en matière économique. Au travers des coopérations décentralisées, les collectivités locales, du Sud et du Nord, ont vocation à jouer un rôle d'ensemblier, de mise en relation et d'animation du réseau des acteurs (entreprises, associations, enseignement supérieur et recherche, ...). Elles ont un rôle à jouer sur place pour servir d'intermédiaires, au même titre que les représentations diplomatiques.
 

Associations
Le soutien aux projets des associations s'accompagne de la prise en compte de leurs connaissances des réalités économiques et culturelles du terrain en les associant davantage aux coopérations économiques. La mobilisation de la diaspora doit aussi faciliter les échanges.
 

Entreprises
Face aux nouveaux enjeux de développement durable, leur action dépasse désormais leur rôle historique de mécène. De nouvelles relations partenariales s'instaurent avec les ONG :

  • mécénat par un soutien financier, matériel, logistique ou en apport de compétences.  En 2014 en France, 12% des entreprises font du mécénat (dont 28 % de grandes entreprises avec un budget autour de 500 000 €). Le secteur de la solidarité internationale représente 8% du mécénat, soit 224 M€ pour 12 720 entreprises impliquées. Le plus souvent ce mécénat de solidarité internationale est lié à la présence de filiales ou à la localisation de l’approvisionnement ou du marché.
  • financement des associations en échange d'apports de savoir-faire et d'expertise contribuant à modifier les pratiques de l'entreprise (« pratiques responsables »)
  • coopération économique : contribution de chacun des partenaires aux projets de l'autre ou à des projets communs

  • innovation sociétale : réponse innovante à des besoins de terrain basée sur la complémentarité qui existe entre les associations connaisseuses du terrain et l'entreprise en capacité d'étendre la solution à une plus grande échelle

Ces différentes formes de partenariat coexistent souvent au sein d'un même projet, chacune étant adaptée aux différentes phases de réalisation (mécénat au stade initial, innovation sociétale pour l'essaimage).
 

Sources : B . Saincy (Innovation Sociale Conseil), François Doligez (IRAM) et Loic Evain (CCI de Rennes)

Pour approfondir le sujet, consultez les actes des 5èmes Assises bretonnes de la solidarité internationale.

Peut-on concilier logique d’entreprise et solidarité internationale ? Différents exemples bretons montrent que c’est possible. Leurs actions peuvent prendre des formes très différentes :

  • L’engagement dans une activité économique soutenant un développement équitable
  • Le parrainage économique : échanges techniques, et possible soutien financier d’une entreprise du Nord avec une de ses homologue au Sud.
  • Les échanges entre syndicats
  • La mise en place d’un projet d’entreprise centré sur des actions de solidarité internationale

L’entreprise Lobodis, située dans les Côtes d’Armor, a été le premier torréfacteur et importateur français à s’engager pour un commerce équitable, aux côtés de Max Havelaar. Elle garantit à ses partenaires, de petites structures coopératives d’Amérique latine et d’Afrique, un prix d’achat minimum, (1.26$ la livre de café), supérieur aux prix habituellement pratiqués. Les échanges commerciaux, ainsi stabilisés et plus équitables, permettent de meilleures conditions de vie et de travail aux producteurs.
Depuis ses débuts, l’entreprise est aussi en partenariat avec un Centre d’Aide par le Travail (CAT) : une vingtaine d’adultes handicapés, employés par le CAT, travaille pour la torréfaction.


L'entreprise LORANS SA, distributeur dans le domaine de la plomberie, du sanitaire et du chauffage à Rennes, mène une action solidaire en partenariat avec l'association costarmoricaine Terre d' Espoir Armor dans le cadre de son comité d'entreprise . Il s'agit d'un projet d'assainissement et d'irrigation et alimentation en eau dans un village de pêcheurs au Sud-Est de l'Inde, en lien avec sa culture d’entreprise axée sur la mer et son domaine d’activité lié à l’eau. En plus des retombées positives pour la population locale, le projet sucite un certain engouement chez les salariés de l'entreprise en les fédérant autour d'un projet commun.
Pour (re)lire l'article consacré à cette action

L'association Espoirs d'Enfants de Janzé, dont la vocation est d’améliorer les conditions de vie des enfants défavorisés et de contribuer à leur offrir un avenir meilleur, mène une action solidaire au Bénin, en partenariat avec des acteurs économiques de sa commune et la Municipalité de Janzé.
Une exploitation de 4 000 poules pondeuses et des zones de maraîchage pour un orphelinat ont ainsi été mis en place au Bénin, avec la coopération de la Mairie de Janzé, de l’entreprise CCPA de Janzé et de l’association du Poulet de Janzé. Désormais, l’orphelinat est autonome à 85%. Outre la co-construction, cette expérience a favorisé le transfert de savoir-faire en vue de pérenniser le projet et de conduire les acteurs béninois vers l’autonomie. Grâce à ce projet, les membres de l’association ont étendu leur réseau auprès des entreprises mais aussi d’autres acteurs ou experts de la filière, comme le Zoopôle à Saint-Brieuc.
Ce projet a aussi permis de créer du lien entre la Mairie de Janzé et sa population de jeunes citoyens en les fédérant autour de ce projet solidaire.