Acteurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité

Région BretagneActeurs Bretons de la coopération internationale et de la solidarité
Ajouter un commentaire

Mise en ligne en janvier 2012

Comprendre les enjeux des grands investissements fonciers agricoles dans le monde

perou agri ©CE

Entretien avec Yves Roger-Machart, agronome retraité de l'INRA, et membre d'AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans Frontières)

Les grands investissements fonciers agricoles, qu'est ce que c'est ?

  @FAO

Il s'agit d'un phénomène d'acquisitions ou de locations à grande échelle de terres agricoles dans de nombreux pays du Sud par des investisseurs privés et des fonds souverains (fonds de placement financier détenus par des Etats). Ces acquisitions se sont considérablement développées suite à la crise alimentaire de 2008 et la crise financière de 2009. Une récente étude d'Oxfam recense plus de 1000 grands projets d'acquisitions foncières dans le monde depuis 2000, portant sur un total de 71 millions d'hectares.
L'Afrique est de loin le continent le plus visé par ces investissements, mais ils se font aussi en Amérique Latine, en Asie, et dans l'ancienne URSS : La Russie et l'Ukraine sont de plus en plus prisées par les investisseurs, notamment pour leurs sols agricoles riches (tchernozioms).
Le phénomène ne concerne pas uniquement les rapports Nord / Sud : Les pays d'Europe et d'Amérique du Nord font partie des gros investisseurs, mais les pays du Golfe persique qui disposent de pétrodollars ainsi que plusieurs grands pays d'Asie figurent parmi les investisseurs. Des Etats du Sud investissent aussi dans les pays voisins (Brésil et Argentine vers l'Uruguay, le Paraguay ; Thaïlande et Vietnam vers le Cambodge et le Laos par exemple). Enfin, des entreprises et de riches hommes d'affaires des pays du Sud acquièrent des terres agricoles dans leur propre pays.

Pourquoi ? Quels sont les enjeux de ces investissements ?

Révélés par le rapport de l'ONG GRAIN en Octobre 2008 intitulé « Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière », on a pu parler à leur sujet dans la presse de néocolonisation, vue l'ampleur des surfaces concernées.
Pour les pays du Golfe persique et d'Asie, il s'agit de réduire la dépendance vis-à-vis des importations alimentaires à partir des marchés mondiaux qui n'apparaissent plus sûrs en cas de pénuries. Pour les groupes agro-alimentaires, les fonds de capitaux privés, ou les hommes d'affaires, ils visent un simple business de production agricole d'aliments ou de biocarburants qui peut s'avérer très rentable dans le contexte de la mondialisation économique. Enfin, les investissements fonciers représentent un placement financier qui mise sur une augmentation de la rente foncière car le prix des terres augmente rapidement dans de nombreux pays du monde, notamment en Amérique latine: Il a été multiplié par 6 en 10 ans en Argentine par exemple.
En Afrique, c'est la recherche d'investisseurs en capacité de porter de grands projets d'infrastructures agricoles qui incite les pays à vendre ou louer une partie de leurs terres (comme en Ethiopie, ou au Mali via l'Office du Niger qui a placé sur son site internet un appel public aux capitaux privés pour la mise en irrigation de ses terres agricoles).

 @AVSF

Quels sont les impacts de ces investissements sur les agricultures des pays qui vendent leur terre ?


Ces pratiques de cessions de terres ne sont pas sans conséquences politiques et sociales car les terres cédées aux investisseurs sont souvent occupées par des éleveurs et paysans locaux qui ont des pratiques d'agriculture extensive. L'achat ou la location des terres est presque toujours imposé aux populations locales. Celles-ci vivent les confiscations de terres de manière très brutale et sont souvent déplacées. Les conflits sociaux et politiques qui en résultent sont nombreux. La ligue internationale des Droits de l'homme est de plus en plus souvent saisie pour la défense des droits et de la dignité des petits paysans véritablement spoliés de leurs terres et des ressources naturelles.
AVSF travaille avec des partenaires qui se trouvent confrontés à des situations de grandes tensions du fait de ce type de projets. Ainsi, au Guatemala, de grands propriétaires fonciers convoitent les terres des communautés indiennes avec lesquelles AVSF travaille pour l'amélioration des cultures vivrières locales ; ces propriétaires souhaitent agrandir leurs plantations de palmiers à huile, et exercent toutes sortes de pressions pour acheter les terres des indiens. De même, au Pérou, AVSF intervient dans la région de Piura, pour le développement du commerce équitable de la banane ; mais les adhérents des coopératives locales sont confrontés à de grands projets gouvernementaux de périmètres irrigués pour la culture de canne à sucre concédés à de grandes entreprises, qui empiètent sur leurs terres.
Dans la grande majorité des pays du monde, l'agriculture s'est développée à partir de la petite exploitation familiale qui s'est progressivement modernisée grâce à des politiques agricoles nationales. L'explosion actuelle des grandes acquisitions foncières amène donc à se poser la question de savoir si l'agriculture d'entreprise sera aussi efficace que l'agriculture familiale pour répondre aux défis alimentaires, sociaux et environnementaux du XXIème siècle.
Par ailleurs, beaucoup de ces grands projets concernent la production d'agrocarburants, dans des pays où la malnutrition reste bien présente, ce qui constitue un incroyable paradoxe.

POUR EN SAVOIR PLUS

- Vidéos/documentaires :
« Les terres agricoles : une autre délocalisation » de juin 2009 (Le dessous des cartes, Arte).
« Planète à vendre », du 19 Avril 2011, Arte ; produit par CAPA.
« Pièces à conviction » d'Elise Lucet sur « Alimentation : La bourse ou la vie » du 15 Juin 2011, France 3.

- Rapports :
« Les cessions d'actifs agricoles à des investisseurs étrangers dans les pays en développement », juin 2010, Centre d'analyse stratégique.
« Agricultures familiales et sociétés civiles face aux investissements dans les terres dans les pays du Sud », juillet 2010, Coordination Sud.
- Site internet : www.farmlandgrab.org Site de l'ONG GRAIN qui donne les articles parus dans le monde sur le thème.

 

Présentation de l'association AVSF

L'ONG AVSF est présente dans 20 pays d'Amérique du sud, d'Asie et d'Afrique, où elle mène des projets de développement agricole en partenariat avec des organisations locales. Elle intervient depuis plus de 30 ans pour le développement de l'élevage et de l'agriculture familiale et promeut le commerce équitable au service des organisations paysannes.
En France, l'association mène des actions de sensibilisation et de plaidoyer. C'est dans ce cadre que
M. Roger-Machart collecte et actualise de l'information pour la sensibilisation du grand public sur deux thèmes principaux : la sous-alimentation et le défi de nourrir l'humanité à l'horizon 2050 ; et les grands investissements fonciers agricoles dans le monde. Il est intervenu auprès de techniciens agricoles et agronomes et à l'Université du temps libre à Rennes.

Il souhaiterait élargir ses présentations (Le défi du 21ème siècle : nourrir 9 milliards d'hommes et Les grands investissements fonciers agricoles à l'international + annexes) à d'autres publics, auprès des scolaires et étudiants notamment.

Pour une demande d'intervention, vous pouvez le contacter par mail à : yves.roger-machart@wanadoo.fr